Haut de page>
 

Infrastructure 2.0

 
 

Construisons ensemble votre infrastructure 2.0

Dans beaucoup d'entreprises, les infrastructures locales telles que nous les connaissions jusqu'à présent, organisées par silos, sont lentement mais sûrement remplacées (ou complétées) par des services Cloud.

En parallèle, le phénomène de consumérisation de l'IT qui s'est opéré durant les dernières années a engendré une forte augmentation du niveau d'exigence des utilisateurs envers leur service informatique.

Les volumétries de données et le nombre d'applications utilisées ont explosé au sein de la plupart des organisations. A l'inverse, les budgets informatiques ont eux peu évolué.

Dans une logique de BYOD, les utilisateurs s'attendent à être consultés dans le choix de leur outil de travail. Ils exigent toujours plus de mobilité, des garanties en termes de disponibilité et de performance des infrastructures mises en oeuvre. Si le service informatique ne parvient pas à répondre à leurs attentes, ils se tournent vers des services externes non-maitrisés par l'organisation, c'est ce qu'on appelle communément le "shadow IT".

Dans le contexte du foisonnement technologique actuel, il est difficile pour les décideurs d'obtenir des garanties sur la pérennité de leurs choix en termes d'infrastructure.Entre la généralisation des services Cloud, l'avènement des logiques de Software Defined Datacenter, ou encore les infrastructures (hyper-) convergées, il est difficile d'identifier l'approche qui sera la plus à même de répondre au mieux aux attentes des utilisateurs et aux contraintes de l'organisation. En effet, les besoins peuvent être changeants en termes de disponibilité, de capacité ou de performance des infrastructures mises en oeuvre.Afin de différencier ces infrastructures hybrides des architectures traditionnelles, nous avons baptisé cette approche l'infrastructure 2.0.
 

Restez maître à bord

La vision technologique de Tebicom repose sur la mise en oeuvre de logiques d'orchestration entre des composants d'infrastructure déployés au sein de centres de données ou bureaux de ses clients et l'utilisation d'un nombre croissant de services Cloud.

Les anciens silos de l'infrastructure ont ainsi cédé leur place à des architectures de prime abord plus complexes, mais plus faciles à opérer. Les logiques d'automatisation ou d'orchestration représentent ainsi le chainon manquant permettant de conserver la maitrise de ces environnements hybrides.

Dans ce contexte, les organisations ont plus que jamais besoin d'être accompagnées par un partenaire de confiance pour amorcer cette transition, mettre en place leur propre infrastructure 2.0.