Haut de page>
 

Infrastructures on-premise

 

La disparition des silos

Depuis plusieurs dizaines d'années, les composants d'infrastructure, tout comme les compétences internes des équipes étaient organisées en silos technologiques relativement hermétiques (Ex : Réseau et télécommunications, stockage et virtualisation, systèmes et applications, sécurité, etc.).

L'avènement des logiques de virtualisation dans tous les domaines de l'infrastructure, ainsi que la multiplication des technologies dites "unifiées" ont fait progressivement tomber ces silos.

 

Software Defined DataCenter

De plus, jusqu'à présent, l'intelligence des infrastructures informatiques était généralement liée au choix de solutions matérielles différentiantes, à la capacité d'innovation des constructeurs qui associaient systématiquement des composants matériels à des fonctions logicielles. Ceci a eu pour conséquence la multiplication de "bulles" opérationnelles, soit une administration manuelle de chacun de ces ilots technologiques.

Les logiques de "Software Defined DataCenter" et toutes leurs déclinaisons ont pour objectif de décorréler le hardware du software, de supprimer toute l'intelligence des composants matériels d'une infrastructure pour les porter sur des solutions logicielles indépendantes.

L'intérêt de cette approche repose sur le support de l'hétérogénéité des composants d'infrastructure, la réduction des coûts matériels, la simplification de la gestion opérationnelle d'architectures complexes. Néanmoins, la notion de SDDC impliquer de disposer de composants d'infrastructure programmables, disposant d'API ouverte, elle est intimement liée aux notions d'automatisation ou d'orchestration de datacenter.

 

Elasticité des infrastructures locales

Historiquement, tous les composants de l'infrastructure (Réseau, stockage, computing) fonctionnaient sur une logique de "scale-up". Plus clairement, suivant les besoins d'une organisation à un instant donné, une infrastructure était proposée avec un certain nombre de limitations (Ex : Nombre de ports, de disques, de processeurs, débit maximal, etc.).

Désormais, l'un des critères de choix les plus importants dans le choix des composants d'infrastructure réside dans le support des architectures "scale-out", soit une évolutivité horizontale quasi-illimitée en termes de réseau, de stockage, ou de computing.

Suivant les solutions choisies, l'évolutivité est soit complètement linéaire, c'est à dire que chaque extension apporte les mêmes capacité (n+1), soit au contraire plus granulaire avec la possibilité d'étendre une infrastructure donnée à choix sur l'axe de la performance ou des capacités supportées.

 

Convergence & Hyper-Convergence

La disparition des silos de l'infrastructure, les logiques de Software Defined Datacenter ou les notions d'orchestration participent à l'émergence des infrastructures dites convergées ou hyper-convergées.

Les plateformes convergées correspondent à l'assemblage d'un certain nombre de composants informatiques traditionnels (Ex : Serveurs, équipements réseaux LAN et SAN, baies de stockage, etc.) au sein d'un ou de plusieurs racks pour construire une infrastructure complète, pré-installée, pré-configurée, pré-testée et certifiée pour répondre à un besoin pré-déterminé.

L'intérêt de ces infrastructures consiste dans le fait qu'elles sont beaucoup plus rapides à mettre en oeuvre, les clients disposent de garanties quant à l'interopérabilité des composants matériels ou logiciels utilisés, des SLA par rapport aux performances ou aux capacités proposées, un point de contact unique pour le support de l'intégralité de l'environnement.

Certaines de ces plateformes intègrent enfin des consoles d'administration ou de monitoring unifiées permettant de gérer l'intégralité de l'infrastructure depuis une GUI unique.

Enfin, les plateformes dites hyper-convergées reprennent une logique similaire, mais elles sont généralement orientées exclusivement sur des environnements 100% virtualisés et sur des cas d'utilisation spécifiques (Ex : VDI, sites distants, etc.). Leur format est plus compact, généralement des briques de 2U, intégrant un stockage partagé, un certain nombre de serveurs lames pour le computing, avec une gestion externe du réseau.

L'approche de ces plateformes repose généralement sur une logique de "scale-out", soit une évolutivité horizontale, basée sur l'ajout progressif de nouvelles briques.