Haut de page>
 

Services Cloud

 

Tout d'abord, le terme générique de Cloud peut correspondre à beaucoup de notions très différentes. Aussi en tout premier lieu, il convient de comprendre les concepts fondateurs du Cloud, ainsi que les problématiques / considérations qui peuvent encore ralentir son adoption.

 

Les fondements du Cloud

La notion de Clouding correspond simplement à la mise à disposition dynamique de ressources informatiques, soit internes à l'organisation (Private Cloud), soit externes (Public Cloud), soit de manière mixte (Hybrid Cloud).

Suivant les contraintes ou besoins spécifiques d'une organisation, certains vont adopter l'une ou l'autre des approches.

Que l'on parle de services internes ou externes, ils peuvent correspondre à la notion de Cloud uniquement s'ils consolident les qualités suivantes :

  • Elasticité : Les services proposés doivent pouvoir évoluer à la hausse de manière infinie, ce qui implique une logique de "scale-out" et d'over-provisionning des ressources, ou à la baisse.
  • Facturation à la consommation : Quelque soient le ou les critères utilisés, le Cloud implique de pouvoir proposer des services avec une logique de retro-facturation basée sur la consommation réelle des ressources (Ex : Capacité en Go, processing en Ghz, bande passante en Mbps, etc.)
  • Multi-tenancy : Le Cloud implique également de pouvoir mutualiser des infrastructures de manière massive pour de nombreux clients, en offrant des logiques de segmentation des données, de gestion adéquate des accès. Cette logique correspond à la création de bulles totalement indépendantes, pour que l'activité d'un client ou d'un utilisateur ne puisse en aucun cas péjorer celle d'un autre.
  • Haute disponibilité : Par défaut, lorsque vous souscrivez à un service Cloud, la notion de haute disponibilité doit être proposée de base, dans ce sens que les infrastructures ou applications sous-jacentes sont censées reposer sur des concepts offrant une disponibilité maximale.
  • Orchestration : Le Cloud implique enfin que toutes les opérations relatives à la création ou à la suppression d'un compte ou d'un environnement, à l'application d'un changement de contrat ou de configuration, soient 100% automatisables et transparentes pour les utilisateurs.
 

Types de services Cloud

En complément des architectures possibles, il existe déjà trois familles principales de services Cloud sur le marché, soit :

  • Software as a Service (SaaS) : Mise à disposition par Internet d'applications sous forme de service sur un modèle d'abonnement (Données stockées et gérées par le fournisseur du service)
  • Platform as a Service (PaaS) : Evolution de l'idée de SaaS. Elle désigne la mise à disposition d'un environnement de développement et d'exploitation de logiciels sur Internet
  • Infrastructure as a Service (IaaS) : Mise à disposition de ressources d'infrastructure de manière hébergée à la demande (Ex : Stockage, machines virtuelles, etc.)

En complément, de nombreuses offres packagées "...as a Service" ont vu le jour durant les dernières années, elles correspondent à choix à des solutions ou des services déjà existants au sein des infrastructures traditionnelles. Voici quelques exemples des solutions les plus communément utilisées :

  • Backup as a Service (Ex : Gestion des sauvegardes)
  • Desktop as a Service (Ex : Environnement VDI)
  • Database as a Service (Ex : Bases de données relationnelles)
  • Identity as a Service (Ex : Services d'authentification et de fédération d'identités)
  • Storage as a Service (Ex : Baies de stockage)

 

Considérations pour une migration réussie dans le Cloud

L'adoption progressive du Cloud peut-être motivée par des justifications économiques (CAPEX vs OPEX) ou opérationnelles, ou par la volonté de certaines d'organisations de se recentrer sur leur coeur de métier.

Néanmoins, même s'il est possible d'envisager d'héberger l'intégralité de son infrastructure dans le Cloud, il faut considérer que les infrastructures resteront hybrides. En effet, certains composants physiques de l'infrastructure (Ex : Réseau filaire, etc.) resteront quoi qu'il arrive implémentés localement.

De plus, outre les bénéfices ou avantages du Cloud, il faut également intégrer ses contraintes ou ses risques particuliers si l'on souhaite que cette transition soit un succès.
Plus clairement, il faut considérer la question de la confidentialité des données, ce qui guidera logiquement le choix d'un provider Cloud local ou global. En termes de responsabilités, la notion de Clouding implique des SLA et une logique de pénalités. Or, pour prouver une indisponibilité de service à un provider Cloud, il faut envisager de disposer de moyens de surveillance adéquats (Ex : Outils de monitoring).

Enfin, en cas de litige ou de souhait de changer de fournisseur, il faut conserver la maitrise de ses données, c'est à dire avoir la capacité de récupérer ses données même en cas de résiliation d'un contrat, ou de cessation d'activité du fournisseur. Dans ce sens, il peut être pertinent de mettre en oeuvre une solution de sauvegarde adéquate qui aura la capacité de conserver et d'historiser une copie des données, à choix au sein d'une infrastructure locale dont le rôle se limiterait à la gestion des backups, ou d'un autre fournisseur de services.

Toutes ces considérations sont nouvelles pour de nombreux clients, c'est la raison pour laquelle il est indispensable de se faire accompagner par un partenaire de confiance durant la phase d'on-boarding chez un fournisseur de services Cloud.

 
 

Notre migration vers le Cloud Réussie

International AIDS Society (IAS) avait décidé de migrer son infrastructure dans le Cloud et a mandaté tebicom pour la réalisation de ce projet important. Monsieur Dario Porru, administrateur système à l'IAS, partage ses expériences avec tous ceux qui désirent entreprendre un projet similaire.

Dario Porru

Administrateur Système IAS

Découvrir la Success Story